D’où viennent les paroles du flamenco ?

Origines historiques des lettres flamandes

« Napoléon Bonaparte, / avec ses escorte, / ne sont pas arrivés dans le quartier / de La Victoria. » Ce vers, chanté dans les styles de alegrías et cantiñas, est encore entendu aujourd’hui dans les tablaos. Avec des variations, car les paroles du flamenco, par définition, ne sont pas exactes : certains chantent « la plage de La Victoria » (il y a une plage à Cadix, mais pas le quartier), ou « ils n’ont pas mis les pieds » au lieu de « ils ne sont pas arrivés ». À qui est venue cette idée de vers ? De quoi s’est-elle inspirée ?

Selon Alfredo Grimaldos dans son livre ‘Histoire sociale du flamenco‘, les gaditans ont inventé ce vers lors de la tentative d’invasion par les Français à Cadix au début du 19e siècle. La résistance contre les troupes françaises a été une source d’ingéniosité pour les gens de Cadix et a donné naissance à ce vers ainsi qu’à d’autres, comme celui qui raconte l’histoire des grenades qui tombaient à Cadix mais n’explosaient pas entre 1810 et 1812 : « Avec les bombes que lancent / les fanfarons / les gaditanes se font / des boucles. » Plus d’un siècle plus tard, en 1951, Rocío Jurado l’a interprété comme une copla dans le film ‘Lola la Piconera‘, et Lolita Sevilla l’a enregistrée dans l’anthologie ’40 Coplas de España’.

Dans cette deuxième tentative d’invasion par Napoléon, le quartier qui a le plus souffert de la violence de l’ennemi était le quartier de Santa María, un autre vers qui est toujours chanté et qui a été enregistré, également en alegrías, par Camarón de la Isla : « Quelle malchance tu as été / quartier de Santa María / quelle malchance tu as été / un quartier avec tant de grâce, / combien de bombes tu as reçues ! » Et même aujourd’hui, l’union entre la résistance aragonaise et gaditane contre les Français reste manifeste, ainsi que la connexion entre la jota et l’alegría : « D’Aragon, Agustina / et à Cai, Lola ont montré au monde / qu’elles sont espagnoles. » Ce sont quelques-uns des plus anciens vers que, deux siècles plus tard, les chanteurs continuent d’interpréter et qui sont devenus populaires en alegrías.

 

« Le grand poète anonyme »

Bien que quelqu’un ait dû les inventer à un moment donné, les paroles dans le flamenco ont été historiquement populaires et la mentalité d’enregistrer une parole est relativement récente. Antonio Machado Álvarez, « Demófilo », a publié en 1881 le livre ‘Collection de Cantes Flamencos’, dans lequel il voulait refléter « les conditions artistiques du grand poète anonyme ». Le premier vers de sa collection est le suivant : « L’amour fait perdre la raison / je le dis par expérience / car cela m’est arrivé ».

D’autre part, dans le flamenco, il n’y a pas de chansons en tant que telles. Bien que les enregistrements sur disques contiennent un certain nombre de pistes qui peuvent être distribuées et consommées comme les « chansons » d’autres genres musicaux, la manière de chanter (et de danser, et de jouer de la guitare) est organisée en « palos » (styles). Chaque palo flamenco est une variation avec des caractéristiques spécifiques de rythme, mélodie et paroles typiques. El chanteur enchaîne les vers qu’il connaît, des couplets de plusieurs vers (4, 5 ou 6), laisse de la place pour la danse et le jeu de guitare, et continue avec un autre vers qui n’a pas nécessairement de lien thématique avec les autres vers chantés avant et après. Cela laisse beaucoup de liberté au chanteur pour choisir les vers qui lui viennent à l’esprit ou pour les inventer sur le moment.

Forgeurs et vanniers

D’autres racines d’inspiration flamenco ont été les métiers. La forge, par exemple, traditionnellement située à l’intérieur des maisons, où les métaux étaient forgés,a inspiré l’imaginaire flamenco. Camarón, fils de forgeron, a enregistré en bulerías le vers « Je suis forgeron / je suis forgeron / enclume, clou et crochet / enclume, clou et crochet ». Le travail des vanniers a également laissé sa marque sur les vers flamenco. Ils ramassaient des roseaux sur les rives des rivières pour fabriquer des paniers. Le chanteur de San Fernando, fils de vannier, a également utilisé cette référence dans ses disques, comme dans la chanson Canastera: « Petite flamenco, toi qui fais tes petits paniers sur les ponts ». Camarón et Paco de Lucía ont élevé le mot « canastera » et ont créé, en utilisant le rythme des fandangos, un style avec ce nom. Des artistes légendaires comme El Torta, Diego el Cigala ou Parrita ont des enregistrements dont le titre inclut le mot « canastera », et même des artistes influencés par le flamenco du 21e siècle comme Canelita, La Húngara ou Moncho Chavea.

Le travail dans la mine

La profession qui a inspiré par excellence le flamenco a été la mine. La prolifération des exploitations minières à Jaén, Murcie et Almería au 19e siècle a augmenté la population des villes de la région et a mis en relation « leurs hommes, leur industrie, leur vie et leur chant », comme le décrit Grimaldos dans son livre. « Comme il est mal blessé / j’ai un frère dans la mine / comme il est mal blessé / laissez-moi passer, pour l’amour de Dieu / j’apporte des herbes de montagne et je veux le guérir », est l’un des nombreux vers qui sont encore présents dans les spectacles flamenco. La mine a été si importante dans l’histoire du flamenco qu’il existe un groupe de chants appelés « minero-levantinos« , héritiers du fandango, qui sont la taranta, la cartagenera, la minera, la levantica et la murciana.

La poésie dans le flamenco

Au 20e siècle, les artistes flamenco se sont rapprochés de la poésie et ont pris leurs vers de celle-ci. L’un des chanteurs qui a le plus travaillé dans ce sens a été Enrique Morente, qui a chanté les strophes de Federico García Lorca, Miguel Hernández, Rafael Alberti ou San Juan de la Cruz. Camarón, de même, a adapté Lorca et Omar Khayyam pour son album ‘La leyenda del tiempo’.. D’autres pourraient même avoir eu leur propre poète. C’était le cas de José Menese et du peintre et poète Francisco Moreno Galván, qui a écrit des paroles avec un fort message social pour le chanteur sévillan.

Les sources d’inspiration du flamenco sont infinies. Como l’écrit Faustino Núñez dans « Flamencópolis »: le flamenco parle de « la vie, la mort, l’amour, le malheur, le travail, la désillusion, la joie, la perte, la solitude, la rencontre, le conseil avisé, la supplique, la divinité, la peur, l’ambition, l’anxiété, la protestation, la persécution, les événements historiques, la mère, l’ami, le frère, le geôlier, la mine, le champ, la mer, les animaux, la nature. ». Le flamenco peut raconter la douleur de la perte d’une mère, l’horreur de l’image de Juan Simón enterrant sa fille, mais aussi la beauté du village où l’on est né. Peu importe ce qu’il raconte, le flamenco le traduit en mots simples et directs. Gustavo Adolfo Bécquer a décrit ainsi le lyrisme flamenco : « Court, sec, nu, libre et éveillé. C’est comme une coupe dans l’univers ».